Pokémon Go, réalité augmentée ou diminuée ?

     J’ai mis un peu de temps à comprendre pourquoi tout le monde se mettait subitement à reparler de Pokémon, univers que je croyais définitivement enfoui, loin dans ma mémoire, dans les vestiges de mon enfance. Et puis, j’ai découvert le pot aux roses : Pokémon Go, le jeu qui fait fureur en ce moment et qui remporte un gros succès chez les gens de ma génération, la génération des années 90, nous qui avons grandi avec Sacha et son fidèle acolyte Pikachu, nous qui avons passé de longues heures les yeux rivés sur notre écran de Gameboy color à chasser les Pokémon, et à essayer de devenir le meilleur dresseur.

Et voilà qu’aujourd’hui, grands enfants que nous sommes, nous reprenons du service, via notre smartphone et l’application Pokémon Go.

Les clefs d’un succès couru d’avance$_35

Quelque part, c’était assez bien pensé, de la part de Niantic, de créer un jeu qui reprend un univers déjà connu et apprécié. C’est un peu facile aussi, puisque le principe du jeu créé par Nintendo n’est que repris et adapté sur une nouvelle plateforme. De plus, ils visent principalement un public plutôt jeune, la tranche des 15/25 ans, déjà accro à Pokémon, et déjà accro au smartphone, ainsi que, bien entendu, les enfants, qui pourront piquer le smartphone des parents pour jouer lorsqu’ils s’ennuient en balade.

Et pour les anti-jeu vidéo, on dira que ce jeu permet aux jeunes de ne plus vivre cloîtrés chez eux devant l’ordinateur. En effet, c’est un jeu qui fonctionne sur le principe de la « réalité augmentée ». Il vous oblige donc à vous déplacer, à sortir dans la rue, vous balader au parc, donc c’est bon pour la santé, c’est une bonne motivation pour sortir de chez soi et ça fait faire de l’exercice. Certains avancent aussi le fait que ce jeu a l’avantage de créer des interactions humaines puisque les joueurs se rencontrent à l’extérieur, ils ne restent pas seuls chez eux.

J’ai joué au jeu gameboy Pokémon étant gamine, j’ai collectionné les cartes, j’ai regardé le dessin animé. Et pourtant je n’ai aucune envie aujourd’hui de jouer à Pokémon Go. Et je n’aimerais pas non plus que mes enfants y jouent.

pokemon-go_5635973

Réalité augmentée ou diminuée ?

En quoi la réalité est-elle « augmentée » si quand je sors de chez moi pour faire une balade, au lieu de regarder le paysage, profiter du calme de la nature, je regarde mon smartphone ? En quoi est-elle « augmentée » si quand je vais boire un café avec mes amis, au lieu de profiter de leur présence et leur faire la conversation, je regarde mon smartphone ? N’était-on pas déjà bien assez accro de notre smartphone ? Sans arrêt en train de consulter nos mails, sms, facebook, twitter, hellocoton, instagram… Moi qui vis au bord de la mer, je vois les touristes arriver sur la plage, s’installer sur une serviette, et sortir immédiatement leur téléphone pour se prendre en photo avec la mer dans le fond, y ajouter aussitôt un filtre Instagram et poster fièrement leur image  #enyajoutanttoutpleindetags #pouravoirleplusdelikespossibles. Mais la mer, l’ont-ils vraiment regardée avant de sortir leur smartphone ? N’est-elle pas pourtant bien plus belle sans filtre Instagram ?

Ce que je trouve un peu grave, c’est l’idée que certains auraient vraiment besoin d’une motivation telle que ce jeu pour sortir se promener dehors et avoir des relations humaines. Je trouve ces arguments de la part des défenseurs du jeu franchement ridicules. D’ailleurs je ne crois absolument pas que les gens y jouent pour ça. Ils y jouent pour jouer, point. Mais l’avantage des vieilles consoles, c’est que là au moins, l’activité était clairement définie et encadrée. Quand on joue, on joue, on joue une heure, deux heures, et c’est tout. Après, on éteint la console, et le jeu est fini pour un bon moment. Ce n’est pas partout, tout le temps, à la moindre occasion, comme c’est le cas avec Pokémon Go, qui s’emporte évidemment dans la poche, et auquel les gens se mettent à jouer n’importe où et n’importe quand. Et c’est vraiment envahissant. La réalité n’en est donc pas augmentée, mais diminuée : on ne peut pas profiter pas de l’instant présent et du monde qui nous entoure quand on a les yeux rivés sur un écran à y chercher des choses imaginaires. Donc oui, on sort et on voit des gens en jouant à Pokémon Go, mais on ne prête plus attention au monde qui nous entoure réellement.

pokemon-goJe ne suis pas foncièrement contre les jeux vidéos. Je pense qu’une fois de temps en temps, oui cela peut être amusant. Mais je ne trouve pas cela nécessaire et je trouverai d’autres activités plus enrichissantes pour mes enfants. Quant à moi, si j’y ai joué étant gamine, aujourd’hui j’avoue que je n’en ai ni le temps ni l’envie (sans doute que j’ai toujours bien plus apprécié de me balader juste pour le principe, sans avoir besoin d’une motivation, ou aller voir des amis sans motivation aucune non plus sinon les voir et discuter avec eux). Hormis le plaisir de « jouer » purement et simplement, je ne vois pas ce que Pokémon Go pourrait m’apporter. Et pour ce qui est des enfants, je pense sincèrement qu’ils n’ont pas besoin d’un smartphone pour vivre dans une réalité dite « augmentée ». Les enfants n’ont pour moi rien à faire devant un écran, par conséquent je ne me vois pas, quand je me balade au parc, avoir le nez devant mon écran de téléphone au lieu de regarder ma fille jouer.

Avez-vous déjà regardé un enfant qui joue ? A-t-il besoin d’un écran pour s’imaginer qu’il y a, dans notre monde, des créatures imaginaires ? a-t-il besoin d’un écran pour imaginer toutes ces grandes conversations avec ses peluches, ses doudous ? Pour un enfant, le monde est déjà magique, peuplé des créatures qu’ils ont eux-même créées, imaginées, rêvées. N’est-ce pas bien plus intéressant pour lui d’inventer ses propres jeux ? Pourquoi ne pas lui laisser cette liberté de créer, de rêver, qu’il porte déjà en lui-même ? Je trouve franchement nocif de laisser penser à l’enfant qu’il aurait besoin de cela pour s’amuser. Et quand on lui donne un écran pour l’occuper, c’est bien ce qu’on lui laisse penser. Laissez-le donc s’ennuyer. C’est comme ça qu’il trouvera en lui les ressources pour inventer, rêver à ses propres jeux. Je trouve cela vraiment aberrant quand je vois au café ou au restaurant des gamins de 5 ans en train de jouer sur la tablette ou le smartphone de maman. Ne peut-on vraiment pas l’aider autrement à s’occuper et jouer n’importe où ?

Je trouve donc ce jeu bien trop envahissant dans la vie courante pour les gens de mon âge, surtout quand on voit le phénomène d’addiction qu’il provoque, et d’autre part inadapté aux enfants qui n’en ont tout simplement pas besoin, et pour qui il serait nocif de passer trop de temps devant un écran.

A qui ça profite ? Les Pokémillionnaires

Enfin, voyons combien ce jeu rapporte et à qui. Parce que si tous ces gens se décarcassent pour nous faire « jouer », ce n’est pas par pure générosité et pour que le monde puisse simplement s’amuser. D’abord, le jeu profite bien entendu à Niantic, qui a créé l’application. Mais aussi à Nintendo, qui, bien qu’elle ne soit pas cette fois créatrice du jeu, détient tout de même un tiers des actions de Pokémon Company. Vous me direz, oui mais l’application est gratuite. Alors comment ça marche exactement ? Voici une rapide explication tirée d’un article de Courrier international :

Vingt-quatre heures après son lancement aux Etats-Unis, l’application Pokémon Go avait rapporté plus d’argent que toutes les applications de l’Apple Store et du Google Store réunies : 14 millions de dollars (12,7 millions d’euros). “Pourtant, l’application est gratuite. Mais l’argent vient de tous les achats optionnels qui sont proposés”, explique Vox. Le pure player américain détaille comment fonctionne l’économie des applications freemium, mélange de free (gratuit) et “premium”.

“Le concept est d’appliquer des leçons de base de la psychologie comportementale”, détaille le site. D’abord, créer une monnaie virtuelle, avec un taux qui complique la conversion en monnaie réelle. Par exemple, 550 pokécoins coûtent 4,99 dollars. “Donc, vous dépensez de l’argent qui ne vous paraît par réel, et ça ne vous prend qu’une seconde, parce que vos données bancaires sont déjà rentrées dans votre téléphone”, résume Vox. Autres stratégies : intégrer des pénalités, qui peuvent être évitées en payant. Par exemple : faire perdre au joueur tout ce qu’il a accumulé quand il perd une partie, sauf s’il dépense une petite somme, ou encore lui donner un temps limite pour finir une partie, à moins qu’il débloque ce temps en dépensant encore un peu de monnaie virtuelle.

pokémondollar
Crédit photo : http://theringer.com

En somme, ce jeu est une véritable pompe à fric, créée pour générer une addiction qui rapporte gros. Et visiblement, ça marche… plus de 100 millions de téléchargements. Et là, vraiment, je l’avoue, ça me dépasse.

Publicités

3 réflexions sur “Pokémon Go, réalité augmentée ou diminuée ?

  1. Coucou! j’ai vu ton abonnement sur hellocoton, j’avais aimé ton article sur les remarques déplaisantes à l’agard des jeunes mamans!! et puis en regardant ton blog j’ai vu cet article qui fait un écho très marrant à celui que je viens de publier, pour moi qui suis une addict à ce jeu! Cependant je comprends ton point de vue (notamment sur l’histoire des touristes à la plage et sur le fait que ça créé un isolement plus que ça ne permet de faire des rencontres) mais j’avoue que moi ça me motive à faire de longues balade avec mon bébé quand même!

    J'aime

  2. Moi aussi j’ai mis un moment à comprendre pourquoi j’entendais tout le monde parler de Pokemon… Maintenant, je comprends mieux pourquoi je vois plein de jeunes le téléphone à la main depuis quelques temps ! C’est vrai que c’est un peu triste que les gens restent toujours scotchés à leur téléphone, entre les réseaux sociaux et les jeux…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s